Dr. Hugh Scully to retire from role of CMHF chair

Dr. Hugh Scully to retire from role of CMHF chair

By Bryce Turner

 

Dr. Hugh Scully will be retiring from his role as chair of the board of the Canadian Motorsport Hall of Fame (CMHF) next spring, following more than five decades in motorsports.

Dr. Scully first got involved in racing while training in general surgery, when a colleague mentioned that Mosport International Raceway (now Canadian Tire Motorsport Park) was looking for doctors. The person knew that Dr. Scully was interested in racing and that the job would provide some welcome extra cash, as surgical residents were making only $1,800 a year at that point.

When Dr. Scully and Dr. Herman Hugenholtz first went to Mosport, they noticed there were no medical facilities and there wasn’t a good combination of physicians. As a result, they spoke to some nurses, back at the hospital, and founded the Ontario Race Physicians (ORP), in 1968.

Dr. Hugenholtz soon moved on to other things and Dr. Scully headed the group through 1992. The Ontario Race Physicians is a group of medical professionals with expertise in trauma, who can be contracted to work race weekends. With 52 years under its belt, the ORP is Canada’s longest serving motorsport medical safety group.

Dr. Scully was also involved in several key changes, at Mosport, in those early days. He converted an empty room in the tower into a medical centre to treat minor injuries and prepare victims with more serious injuries for transport to hospital. He also introduced the idea of staging safety vehicles around the circuit – rather than solely at a central location – making Mosport one of the first to do so.

The concept of having a medical vehicle tail the field on the opening lap was introduced by Dr. Scully in 1973 and was adopted by Formula One’s Professor Sid Watkins the following year. Dr. Scully and Watkins worked closely on a number of safety improvements over the decades.

“The tub, wheel tethers, head surround, head and neck system (HANS), improved helmets, improved visors, (were changes) that we, on the medical side – working together with engineers – were able to introduce to racing to make it progressively (safer),” said Dr. Scully.

Having been the Medical Director of the Canadian F1 Race, at Mosport Park from 1969 to 1977, Dr. Scully was invited by Bob Hanna to work with Roger Peart and Paul Cooke to organize and be the Medical Director of the Canadian F1 race weekend, in Montreal, from 1978 through 1992. Drs. Jacques Bouchard and Ronald Denis were then appointed to that senior role and continue to do so with their highly qualified medical and rescue teams.

Dr. Scully was invited to chair a safety committee for the Toronto IndyCar weekend, with director of operations Jim Tario, the Ontario Race Physicians and first responders. The first meeting was held in 1984, where he was asked why he, as a doctor, was chairing the committee.

“I said, ‘well gentlemen, the reason I’m chairing it is that, until the present time, the police have not talked to the ambulance services or to the fire services, and you haven’t talked to each other about what’s going on,’” he said. “In order to put this together, we need to work together, we need to understand what each group is responsible for, what the overlap is, and how we can help each other.”

Dr. Scully was the chair of the medical and safety committee at the Toronto Indy for 34 years, where he handled logistics, in partnership with the Ontario Race Physicians and the CART/IndyCar medical and rescue teams.

This included making advance arrangements with police and level-one trauma centres. For the Toronto Indy, victims would primarily be transported by ambulance to St. Michael’s Hospital, which was faster than air transport, while other local hospitals remained options for incidents involving fans. At Mosport, Sunnybrook Health Sciences Centre was the primary trauma centre, where an air ambulance was on-call for race weekends.

When it comes to these safety procedures, time is of the essence.

“The idea was to be able to get to an accident scene, which involved a driver or track worker, within 90 seconds of the time that the cars stopped moving,” he said. “There is a critical three to five minutes, if there’s a very serious crash, where you can intervene and save a life. And we did that a number of times, without any question.”

With experience working on several safety improvements, Dr. Scully was invited by Bob Hanna, then president of CASC, to a meeting in Paris, where FISA (now FIA) set up its first medical commission, in 1981. The FIA is a governing body of motorsport that includes various organizations, such as Formula One.

Dr. Scully was the lone North American representative, joining Watkins (from England) and representatives from France, Monaco, Italy and Spain as the original six. Watkins and Dr. Scully became best friends and worked together very intensely around the world for many years addressing all aspects of motorsport safety.

Dr. Scully remained part of the medical commission, attending two or three meetings a year, until 2017, when he aged out of the role.

It’s important to note that drivers such as Sir Jackie Stewart, Niki Lauda, Nigel Mansell, Mario Andretti and Ayrton Senna were very interested and involved in many of these discussions.

Dr. Scully was invited, by Watkins, to be a founding member of the FIA (World) Institute for Motor Sport Safety & Sustainability, in 2004. He was the only Canadian in the select group of race physicians, engineers, senior officials and constructors.

The group conducted research and developed recommendations related to driver health and safety, better car construction, safer circuit barriers and design, and integrated triage and referral to level-one trauma centres.

Another major organization dedicated to motorsport medicine and safety is the International Council of Motorsport Sciences (ICMS) with members in more than 10 countries. The ICMS is now based in Indianapolis. Dr. Scully was a co-founder of the ICMS, in 1988. Two years later, he was elected to the Board, and served as Chair from 1994 to 2011.

Together with Professor Watkins, several collaborative joint meetings between the ICMS and the FIA MEDCOM were held in London, the US, Mexico and Italy. He continues to serve as Chair Emeritus and Director of International Affairs.

Racing aside, Dr. Scully trained and qualified in general surgery, followed by heart, lung and vascular surgery. He was a staff heart surgeon at Toronto General Hospital, where he completed between eight or nine thousand open heart surgeries during his career.

He was also involved in heart valve surgery and organizing wait lists and triage for better results and shorter wait times in the province of Ontario and across Canada.

Dr. Scully was also a professor of surgery and professor of health policy management and evaluation (HPME) at the University of Toronto.

While hospitals and race tracks may seem quite different on the outside, Dr. Scully says there’s a comparison between his two roles.

“There is a very well-integrated, professional team during any heart operation,” he said. “The surgeon and the anesthetist working in partnership are the leaders of the team. But the work simply couldn’t be done without expert nurses, perfusionists and hospital attendants all focused on what they are doing, often working under great compression of time and risk.

“Now, let’s look at a pit team or a track crew,” he continued. “Highly-trained individuals, all aware of what the others do – all the specific areas of expertise – all extremely efficient and focused on what they’re doing, often working under a great compression of time and at significant risk.”

While his responsibilities in the hospital and at the track are comparable, his time at the track offers a distinct advantage.

“For me, walking along a Formula One pit row, or IndyCar pit row, on a sunny morning, is a lot more pleasant than walking from one ICU to another ICU with all of the tension and anxiety that exists there.”

Dr. Scully was inducted into the Canadian Motorsport Hall of Fame in 2000, providing some recognition to a behind-the-scenes job that can often get overlooked by fans focused on the racing action.

“That was a complete surprise to me,” he said. “The CMHF prior to that time was drivers or some constructors and some organizations; all of it focused on the racing. So, one of the great honours in my life was to be recognized by the motorsport community for significant contributions to safety.”

In 2011, he was persuaded to become the chair of the CMHF. Given his racing contacts from around the world and his experience in political organization through medical teaching and policy, he decided to take on the role.

Dr. Hugh Scully with Francois Dumontier (left) and Normand Legault (middle)

He was surprised by the lack of funds and the large storage collection belonging to the CMHF, which presented early challenges. Working with then new general manager Sid Priddle, they returned or sold vehicles from storage, got out of debt, and organized the induction gala to become a revenue producing operation.

Discussing some of the major accomplishments he’s been part of during his time as chair, Dr. Scully noted the continued shift to a virtual Hall of Fame, the introduction of an International category of inductees, and the Celebration of Speed event at Canadian Tire Motorsport Park, with their generous sponsorship and the expert leadership of Peter Lockhart and Robin Virtue.

Most recently, following discussions with Jason Campbell, a collaborative partnership between the Canadian International AutoShow (CIAS) and the CMHF was forged. For the foreseeable future, the annual induction ceremony will be held during the CIAS.

Dr. Scully also noted the important role of the CMHF’s current and recent board members.

“The board today is a very talented group of people with motorsport as an interest or a passion or as an occupation, from different aspects of the sport or from the media,” he said.

He also pointed out the addition of the CMHF’s first female board member, Nicole Lascelle, in the past decade.

Teamwork is something Dr. Scully circled back to when asked if there’s anything in particular he’d like people to know.

“I’ve had the unique opportunity to seize the challenge of making many of these decisions, but the message that goes along with that is (that I) could never have succeeded to the degree that I have without the great support and input of other people.”

He was quick to also mention his wife, Vanessa, a former prima ballerina who toured the world, who “has been very supportive all the way through.”

With 2021 marking ten years as chair of the CMHF, Dr. Scully decided it was time to step aside. As new faces pick up where he left off, his many achievements in the medical and safety side of motorsports have left a legacy that will not be forgotten.

***

Le Dr. Hugh Scully quitte son poste de président du CMHF

 

Par Bryce Turner / Photos par John Walker (One Word)

Le Dr Hugh Scully quittera ses fonctions de président du conseil d’administration du Temple de la renommée du sport automobile canadien (CMHF) au printemps prochain, après plus de cinq décennies dans le sport automobile.

Le Dr Scully s’est d’abord impliqué dans la course alors qu’il pratiquait en chirurgie générale, à titre de résident, lorsqu’un collègue a mentionné que le Mosport International Raceway (maintenant Canadian Tire Motorsport Park) cherchait des médecins. Cette personne savait que le Dr Scully s’intéressait à la course et que le travail lui apporterait un supplément d’argent, qui était le bienvenu, car les résidents en chirurgie ne gagnaient que 1 800 $ par année à ce moment-là.

Lorsque le Dr Scully et le Dr Herman Hugenholtz se sont rendus pour la première fois à Mosport, ils ont remarqué qu’il n’y avait pas d’établissements médicaux et qu’il n’y avait pas une bonne représentation de médecins et d’infirmières. En conséquence, ils ont parlé à des infirmières, de retour à l’hôpital, et ont fondé le Ontario Race Physicians, en 1968.

Le Dr Hugenholtz est rapidement passé à autre chose et le Dr Scully a dirigé le groupe jusqu’en 1992. L’Ontario Race Physicians est un groupe de professionnels de la santé ayant une expertise en traumatologie, qui peuvent être embauchés pour travailler les week-ends de course. Avec 52 ans à son actif, c’est le plus vieux groupe de sécurité médicale au Canada.

Le Dr Scully a également participé à plusieurs changements clés, à Mosport, à ces débuts. Il a converti une pièce vide de la tour en un centre médical pour soigner les blessures mineures et préparer les victimes avec des blessures plus graves pour le transport à l’hôpital. Il a également introduit l’idée d’organiser des véhicules d’interventions rapides autour du circuit – plutôt que seulement à un emplacement central – faisant de Mosport l’un des premiers circuits à le faire.

Le concept d’avoir un véhicule médical en queue de peloton lors du premier tour a été introduit par le Dr Scully en 1973 et adopté par le professeur Sid Watkins, de la Formule 1 l’année suivante. Le Dr Scully et Watkins ont travaillé en étroite collaboration sur un certain nombre d’améliorations de la sécurité au fil des décennies.

“La cuve, les attaches de roue, le contour de la tête, le système de protection de la tête et du cou (HANS), les casques améliorés, les visières améliorées, (étaient des changements) que nous, du côté médical – en collaboration avec des ingénieurs – avons pu introduire dans la course pour le faire progressivement (plus sécuritaire) », a déclaré le Dr Scully.

Le Dr Scully a été invité à présider un comité de sécurité pour la fin de semaine de l’IndyCar de Toronto, avec le directeur des opérations Jim Tario, l’Ontario Race Physicians et les premiers intervenants. La première réunion a eu lieu en 1984, où on lui a demandé pourquoi il présidait le comité en tant que médecin.

“J’ai répondu: “ Eh bien messieurs, la raison pour laquelle je préside, c’est que, jusqu’à présent, la police n’a pas parlé aux services ambulanciers ni aux services d’incendie, et vous ne vous êtes pas parlé de ce qui se passe. ,” « Pour mettre cela en place, nous devons travailler ensemble, nous devons comprendre de quoi chaque groupe est responsable, quel est le chevauchement et comment nous pouvons nous entraider. »

Le Dr Scully a présidé le comité médical et de sécurité du Toronto Indy pendant 34 ans, où il s’est occupé de la logistique, en partenariat avec l’Ontario Race Physicians et les équipes médicales et de sauvetage CART / IndyCar.

Cela comprenait de prévoir des arrangements préalables avec la police et les centres de traumatologie de niveau 1. Pour le Toronto Indy, les victimes seraient principalement transportées par ambulance à l’hôpital St- Michael, qui était plus rapide que le transport aérien, tandis que d’autres hôpitaux locaux restaient des options pour les incidents impliquant des spectateurs. À Mosport, le Sunnybrook Health Sciences Centre était le principal centre de traumatologie, où une ambulance aérienne était disponible pour les fins de semaine de course.

Le temps est compté lorsque que l’n parle des procédures de sécurité.

“L’idée était de pouvoir se rendre sur les lieux d’un accident, qui impliquait un conducteur ou un travailleur de piste, dans les 90 secondes suivant l’arrêt des voitures », a-t-il déclaré. « Il y a une période critique de trois à cinq minutes, s’il y a un accident très grave, où vous pouvez intervenir et sauver une vie. » Et nous l’avons fait plusieurs fois, et ce sans aucune question.

Fort d’une expérience de travail sur plusieurs améliorations et innovations au niveau de la sécurité, le Dr Scully a été invité par Bob Hanna, alors président de CASC, à une réunion à Paris, où la FISA (aujourd’hui FIA) a créé sa première commission médicale, en 1981. La FIA est une instance dirigeante du sport automobile qui comprend diverses organisations, telles que la Formule 1.

Le Dr Scully était le seul représentant nord-américain, rejoignant Watkins (d’Angleterre) et des représentants de France, de Monaco, d’Italie et d’Espagne comme les six premiers représentants originaux. Watkins et le Dr Scully sont devenus meilleurs amis et ont travaillé ensemble très intensément dans le monde entier pendant de nombreuses années pour aborder tous les aspects de la sécurité dans le sport automobile.

Le Dr Scully est resté membre de la commission médicale, assistant à deux ou trois réunions par an, jusqu’en 2017, date à laquelle il a cessé de travailler à la commission.

Il est important de noter que des pilotes tels que Sir Jackie Stewart, Niki Lauda, Nigel Mansell, Mario Andretti et Ayrton Senna étaient très intéressés et impliqués dans nombre de ces discussions.
Le Dr Scully a été invité, par Watkins, à être membre fondateur de l’Institut FIA (mondial) pour la sécurité et la durabilité du sport automobile, en 2004. Il était le seul Canadien dans le groupe restreint de médecins de course, d’ingénieurs, de hauts fonctionnaires et de constructeurs.

Le groupe a mené des recherches et élaboré des recommandations liées à la santé et à la sécurité des conducteurs, à une meilleure construction de voitures, à des barrières et à une conception de circuit plus sûres, ainsi qu’à un triage intégré et à une référence aux centres de traumatologie de niveau un.

En dehors des courses, le Dr Scully s’est formé et qualifié en chirurgie générale, puis en chirurgie cardiaque, pulmonaire et vasculaire. Il était chirurgien cardiaque au Toronto General Hospital, où il a effectué entre huit et neuf mille chirurgies à cœur ouvert au cours de sa carrière.

Il a également participé à la chirurgie des valvules cardiaques et à l’organisation des listes d’attente et du triage pour de meilleurs résultats et des temps d’attente plus courts dans la province de l’Ontario et partout au Canada.

Le Dr Scully a également été professeur de chirurgie et professeur de gestion et d’évaluation des politiques de santé (HPME) à l’Université de Toronto.

Alors que les hôpitaux et les pistes de course peuvent sembler assez différents à l’extérieur, le Dr Scully dit qu’il y a une comparaison entre ses deux rôles.

“Il y a une équipe professionnelle très bien intégrée pendant toute opération cardiaque », a-t-il déclaré. « Le chirurgien et l’anesthésiste travaillant en partenariat sont les chefs de file de l’équipe.

Mais le travail ne pourrait tout simplement pas être fait sans des infirmières, des perfusionnistes et des préposés d’hôpital spécialisés, tous concentrés sur ce qu’ils font, travaillant souvent sous une forte compression du temps et des risques.

“Voyons maintenant une équipe au puits ou une équipe de piste », a-t-il poursuivi. “Des individus hautement qualifiés, tous conscients de ce que font les autres – tous les domaines d’expertise spécifiques – tous extrêmement efficaces et concentrés sur ce qu’ils font, travaillant souvent dans un temps limité et à des risques importants.”

Si ses responsabilités à l’hôpital et sur la piste sont comparables, son temps sur la piste offre un net avantage.

“Pour moi, marcher le long d’une ligne des puits de Formule 1, ou d’une ligne des puits d’IndyCar, par un matin ensoleillé, est beaucoup plus agréable que de marcher d’une unité de soins intensifs à une autre avec toute la tension et l’anxiété qui y règnent.

Le Dr Scully a été intronisé au Temple de la renommée du sport automobile canadien en 2000, offrant une certaine reconnaissance à un travail en coulisse qui peut souvent être négligé par les fans concentrés sur l’action de course.

“Cela a été une surprise pour moi », a-t-il déclaré. « Avant cette époque, le CMHF, c’était des pilotes ou certains constructeurs et certaines organisations; tout était axé sur la course. Ainsi, l’un des grands honneurs de ma vie a été d’être reconnu par la communauté du sport automobile pour mes contributions significatives à la sécurité.

En 2011, il a été convaincu de devenir président du CMHF. Compte tenu de ses contacts de course du monde entier et de son expérience de l’organisation politique à travers l’enseignement médical et sa politique, il a accepté d’assumer ce rôle.

Il a été surpris par le manque de fonds et la grande collection d’items entreposée appartenant à CMHF, ce qui a présenté les premiers défis. En collaboration avec le nouveau directeur général de l’époque, Sid Priddle, ils ont rendu ou vendu des véhicules entreposés, se sont désendettés et ont organisé le gala d’intronisation pour devenir une opération génératrice de revenus.

Discutant de certaines des principales réalisations auxquelles il a participé pendant son mandat à la présidence, le Dr Scully a souligné le passage continu à un Temple de la renommée virtuel, l’introduction d’une catégorie internationale d’intronisés et l’événement Célébration de la vitesse au Canadian Tire Motorsport Park., grâce au généreux parrainage et au leadership expert de Peter Lockhart et Robin Virtue.

Plus récemment, à la suite de discussions avec Jason Campbell, un partenariat de collaboration entre le Salon international de l’auto du Canada (CIAS)(qui se tient à Toronto) et CMHF a été établi. Dans un avenir prévisible, la cérémonie d’intronisation annuelle se tiendra pendant le CIAS.

Le Dr Scully a également souligné le rôle important des membres actuels et récents du conseil d’administration de CMHF.

“Le conseil est aujourd’hui constitué d’un groupe de personnes très talentueuses ayant le sport automobile comme un intérêt ou une passion ou comme une profession, de différents aspects du sport ou des médias », a-t-il déclaré.

Il a également souligné l’ajout de la première femme membre du conseil d’administration de CMHF, au cours de la dernière décennie, soit Nicole Lascelle.

Le travail d’équipe est une chose à laquelle le Dr Scully est revenu quand on lui a demandé s’il y avait quelque chose de particulier qu’il aimerait que les gens sachent.

“J’ai eu l’occasion unique de saisir le défi que de prendre nombre de ces décisions, mais le message qui va avec c’est que (que je) n’aurais jamais pu réussir dans la mesure où je l’ai fait sans le merveilleux soutien et la contribution d’autres personnes.. »

Il n’a pas tardé à mentionner également sa femme, Vanessa, une ancienne danseuse étoile de ballet qui a fait le tour du monde, qui “a été d’un très grand support tout au long de ce périple.”

Alors que 2021 marquera dix ans en tant que président du CMHF, le Dr Scully a décidé qu’il était temps d’arrêter. Alors que de nouveaux visages reprennent là où il s’est arrêté, ses nombreuses réalisations en médecine et en sécurité du sport automobile ont laissé un héritage qui ne sera pas oublié.